.

Musée
8  

       9 - Cantiques maçonniques -        

  10

CANTIQUE IX

Musique du F contantin LONGUET, noté n°2

Maçons que cette auguste enceinte
Offre à mes regards satisfaits,
Goûtons une volupté sainte,
De nos divins statuts célébrons les bienfaits : (bis)

Aux humains, servant de modèles,
Fuyons un monde dissolu
Chérissons toijours la vertu, (bis)
Et sachons lui rester fidèles.

Du Maçon l'âme est agrandie,
il brave les destins devers,
Le Monde... voilà sa patrie !
Il ne craint que le Dieu qui créa l'Univers : (bis)

Aux humains, servant de modèles,
Fuyons un monde dissolu
Chérissons toujours la vertu, (bis)
Et sachons lui rester fidèles.

Le malheureux, dans la détresse,
Reçoit nos soins consolateurs ;
Les dons de l'aveugle Déesse
Jamais des fils d'HIRAM n'ont corrompu les coeurs (bis)

Aux humains, servant de modèles,
Fuyons un monde dissolu,
Chérissons toujours la vertu, (bis)
Et sachons lui rester fidèles.


Les tourmens cruels de l'envie
Chez les Maçons n'ont point d'accès ;
Nous rendons hommage au génie,
Et des talents d'autrui nous vantons les succès (bis)

Aux humains, servant de modèles,
Fuyons un monde dissolu
Chérissons toijours la vertu, (bis)
Et sachons lui rester fidèles.

Jamais d'une basse vengeance
Du Maçon ne souilla les jours ;
Il sait oublier une offense,
Tandis que d'un bienfait il se souvient toujours (bis)

Aux humains, servant de modèles,
Fuyons un monde dissolu
Chérissons toujours la vertu, (bis)
Et sachons lui rester fidèles.

Vains honneurs que la foule encense,
Hochets d'un imbécile orgueil,
Sots préjugés de la naissance,
Aux pieds de nos Autels vous trouvez votre écueil. (bis)

Aux humains, servant de modèles,
Fuyons un monde dissolu
Chérissons toijours la vertu, (bis)
Et sachons lui rester fidèles.





Début de page

| Musée | Début | Précédent | Suivant | Fin |